La Révolution Mashup

L’ère numérique connectée, de par son organisation en étoile et ses outils de partage, donne une place de plus en plus importante à l’usage des emprunts au cinéma. Des films entièrement réalisés à partir d’images préexistantes peuvent aboutir à des œuvres singulières. Ainsi, le cinéaste peut faire du cinéma sans caméra, grâce au matériel filmé par d’autres qu’il manipule et organise d’une manière toute personnelle.

Créer du neuf en empruntant à l’ancien est une pratique artistique vieille comme le monde : les architectes de la Renaissance intégraient des éléments de l’art antique. Que sommes nous sinon des nains juchés sur les épaules de géants ?

Puis l’invention du copyright et les Romantiques du 19ème siècle ont installé le mythe de l’immanence de la création. L’emprunt était en disgrâce, confiné aux marges des avant-gardes cinématographiques (notamment le found footage).

Aujourd’hui, le « cinéma de seconde main », comme le nomme Christa Blümlinger, revient sous les feux de la rampe. Sa déclinaison « mashup » est florissante sur les réseaux sociaux. Les mashups grands publics qui font rire la blogosphère amèneront-ils de la lumière sur les autres cinématographies mashup plus exigeantes ? Si certains sont des compilations qui ont plus à voir avec la cinéphilie collectionneuse, d’autres sont de véritables œuvres de cinéastes qui échappent pour l’instant à la salle de cinéma. Mais à partir de quand exactement peut-on parler de réappropriation ? Qui sont les auteurs de ces œuvres ? Le mashup cinéma n’amène-t-il pas à redéfinir le statut même d’auteur ? Personnellement, j’ai choisi de faire du mashup cinéma parce que j’ai parfois du mal à me considérer comme un auteur. L’emprunt me permet de m’évader de moi-même, de ne pas aborder de front mes nœuds personnels. Je trouve petit à petit mon visage dans le visage des autres. Avec Perfect film, Ken Jacobs affirmait qu’il n’avait rien à dire, juste à montrer. L’emprunt peut montrer beaucoup et servir de densificateur d’ambiance, d’accélérateur narratif. Un plan emprunté d’un film culte peut évoquer tout un univers en quelques secondes.

sauron

Ces motivations intimes ou utilitaires suffisent-elles à expliquer un tel engouement pour le Mashup ? Pourquoi aujourd’hui ?

Au début du 21ème siècle, les images animées sont presque trop présentes dans nos vies. Le grand public peut tourner des images avec son téléphone et les partager avec le vaste monde connecté. Dans cette surabondance, la meilleure manière pour certains cinéastes de créer du sens n’est plus de tourner de nouvelles images mais d’en mettre en lumière certaines déjà existantes et de les connecter entre-elles.

Le langage cinématographique mute car nos cerveaux mutent. Ne fonctionnons-nous pas de plus en plus par « hypertextualisme », sautant d’un lien hypertext à un autre ? Internet nous fait creuser désormais à l’horizontal. Aujourd’hui, notre champ de connaissances est potentiellement infini. Les archives s’ouvrent, les œuvres s’élèvent dans le domaine public. La question aujourd’hui ne serait donc pas comment un cinéaste peut faire œuvre personnelle avec des emprunts mais plutôt comment peut-il faire sans ? Et si dans quelques années, les cinéastes mashupeurs étaient plus nombreux que les cinéastes filmeurs ? Le cinéaste fourmi du 20ème siècle tournait des images. Le cinéaste araignée du 21ème les tisse.

Julien Lahmi

 

 Les Cinéastes                                               Participer à cette révolution

Publicités

4 réflexions sur “La Révolution Mashup

  1. Démarche très intéressante, qui n’est pas neuve, en effet ! Lorsque nous nous inspirons des œuvres d’autres artistes dont les textes ou les images nous hantent plus ou moins consciemment ; ou que nous réutilisons nous-mêmes des fragments de nos propres créations, à des années d’intervalle, de manière récurrente, mais re-digérées jusqu’à quelquefois réécrire la même histoire, ou reprendre un thème obsédant.
    Et il n’y a pas à craindre qu’à travers le filtre de notre singularité, au final nous aboutissions à un plagiat, car ce serait obligatoirement une nouvelle création. De la même manière que des peintres renommés ont d’abord copié leurs maîtres, puis se sont inspirés des mêmes sujets dont ils ont tiré des œuvres originales qui ne diffèrent quelquefois que par la lumière. Et qu’un événement décrit par plusieurs personnes, ou par la même, mais à des époques diverses, vécu par chacun selon sa propre personnalité, son vécu, apparaîtra radicalement transformé jusqu’à être méconnaissable.
    Comme un réalisateur au montage, réécrit un autre film que celui qu’il a tourné, en choisissant ses plans, en en sacrifiant d’autres.
    Aussi, il semble plus honnête et plus juste de revendiquer que l’on utilise des matériaux préexistants recueillis au gré du glanage quel qu’il soit, puis recyclés pour reformer une œuvre à nulle autre pareille.
    Pour ma part, je le revendiquerais dans l’écriture littéraire, en insérant des fragments empruntés, à des créations plus anciennes, à d’autres auteurs qui m’ont plu, voire à d’autres domaines artistiques, comme on construit un patchwork, fait de bribes et de morceaux épars ré-agencés pour un nouvel usage en un ouvrage dont on pourrait dire qu’ainsi rajeuni, il n’en est pas néanmoins unique.

    Aimé par 1 personne

  2. Oui. Si l’emprunt dans la création n’a jamais connu une telle ampleur, le Mashup cinéma n’est que la forme actuelle d’une longue tradition.

    Si vous voulez développer un propos sur un sujet précis en lien avec la « Philosophie Mashup », nous vous invitons à l’ écrire en commentaire sur cette page : https://mashupcinema.wordpress.com/philosophie/
    et à y laisser votre nom, l’adresse de votre site, blog ou mail.

    Nous la publierons ensuite en votre nom dans une page spécifique du site qui sera dédiée à votre article.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s